steady state cardio

Pourquoi Continuez-Vous le Cardio à Intensité Modérée ?

La plupart des gens prennent la décision de l’éviter comme la peste lorsque je leur explique qu’il rend gras et fait perdre du muscle

Mais il y a toujours ceux qui refusent d’écouter

Peut-être pensent-ils que je mens ou bien ils sont convaincus que leur entraînement cardio-vasculaire leur apportera santé et longévité.

En ce qui concerne ma prétendue duplicité, et bien, ça ne prend pas grand-chose pour se rendre compte que s’entraîner pour l’endurance n’est pas idéal quand on veut conserver sa masse musculaire. Pour preuve l’excès de cortisol et les taux de testostérone embarrassants qui sont associés aux longues distances et aux grandes fréquences d’entraînement.

chart1

Pour faire encore plus simple, regardez les athlètes Olympiques, il y a une différence flagrante entre la masse musculaire des sprinteurs et celle des coureurs de fond. Ce phénomène s’explique facilement, en effet, les muscles sont lourds et coûteux pour le métabolisme car ils demandent beaucoup d’énergie et de calories, et donc réduisent l’efficacité du coureur. A l’inverse, la graisse permet le stockage d’un grand nombre de calories sans demander beaucoup en retour. Sur des distances excessivement longues comme les marathons, ces réserves servent de carburant principal lorsque le glycogène est épuisé, elles sont donc très pratiques.

runners

En d’autres termes, “on ne peut pas faire du cardio ET être musclé.” Faire le choix du cardio à intensité modérée, c’est choisir de sacrifier sa masse musculaire au profit du gras. Les personnes ayant cette morphologie excellent dans les sports d’endurance et c’est aussi celle que l’on développe en pratiquant ce type d’effort continu. Par contre, ce n’est pas,  et il faut le souligner, la morphologie qui est propice à la longévité.

Contrairement à ce que vous font croire les événements sponsorisés par Running Room et malgré ce que vous diront les organisateurs du Iron Man la santé de votre système cardio-vasculaire n’est pas en haut de la liste des indicateurs de santé. Ça serait plutôt:

  1. Masse musculaire
  2. Force
  3. Métabolisme de base
  4. Taux de gras
  5. Capacité cardio-vasculaire

Fait encore plus important, il est possible de développer ses capacités cardio-vasculaires sans sacrifier ni sa masse musculaire ni sa force. L’entraînement fractionné à haute intensité produit des améliorations de la Vo2Max, du seuil lactique, de la puissance en aérobie et des autres biomarqueurs associés aux efforts de longue distance, le tout sans avoir besoin de courir sur la distance.

Par exemple, des chercheurs du Journal of Physiology ont comparé 90-120min de pédalage continu à une intensité de 65% avec 4-6 sprints fractionnés de 30 secondes entrecoupés de 4min de repos. Non seulement les améliorations cardio-vasculaires étaient identiques pour les deux groupes mais le temps consacré à l’exercice était de 10,5 heures pour le groupe de cardio continu contre 2,5 heures pour le groupe cardio fractionné !

De même, en 2010 les chercheurs du même journal ont déterminé que l’amélioration en terme de santé et de capacité aérobie était la même entre un groupe qui avait réalisé 12 sprints de 60sec comparé à un groupe qui s’était entraîné 98% plus.

Cela devrait mettre un terme à la discussion si vous accordez un minimum de valeur à votre temps. Choisir le cardio à intensité modérée en ayant connaissance de cette information revient à refuser le dernier modèle de iPhone plus sophistiqué pour rester sur le premier modèle de téléphone sans fil qu’on voyait dans les sitcoms de Zack Morris.

zack phone

En d’autres termes, faire du jogging est à la fois une perte de temps et une mauvaise gestion du temps. Vous vous évertuez à utiliser un mauvais outil pour la performance et une mauvaise méthode pour vous améliorer.

Et tout ça, sans regarder les méthodes, bien meilleures, qu’on laisse de côté. En fait, décider de courir longtemps, c’est décider d’échanger muscles contre marathons, force contre spandex, fonctionnalité contre fractures et stabilité contre sarcopénie.

Ceux qui prennent soin de leur santé et de leur physique comprennent cela. Ceux qui accordent de la valeur à leur temps aussi. Et à la lecture de cet article, c’est quelque chose que, je l’espère, vous comprenez aussi. Peu importe si vous pensiez que je mentais au début.

Pour en savoir plus sur le fractionné et comment l’intégrer à votre entraînement avec charges, lisez ce livre : Mike Sheridan’s 1% Fitness

1 percent fitness

ARTICLES CITES:

Davies CTM, and Few, JD. 1973. Effects of exercise on adrenocortical function. J Appl Physiol 35(6):887-891.

Bonen A. 1976. Effects of exercise on excretion rates of urinary free cortisol. J Appl Physiol 40(2):155-158.

Schwartz L, and Kindermann, W. 1990. Beta-endorphin, adrenocorticotropic hormone, cortisol and catecholamines during aerobic and anaerobic exercise. Eur J Appl Physiol Occup Physiol 61(3-4):165-171.

Tyndall GL, et al. 1996. Cortisol, testosterone, and insulin action during intense swimming training in humans. Eur J Appl Physiol Occup Physiol 73(1):61-65.

Skoluda N, et al. 2012. Elevated hair cortisol concentrations in endurance athletes. Psychoneuroendocrinology 37(5): 611-617.

Evans W, and Rosenberg IH. 1992. Biomarkers: The 10 Keys to Prolonging Vitality. Touchstone Publishing.

Macpherson RE, et al. 2011. Run sprint interval training improves aerobic performance but not maximal cardiac output. Med Sci Sports Exerc 43(1):115-122.

Fox EL, et al. 1975. Frequency and duration of interval training programs and changes in aerobic power. J Appl Physiol 38(3):481-484.

Gibala MJ, et al. 2014. Physiological and health-related adaptations to low-volume interval training: influences of nutrition and sex. Sports Med 44(2): S127-37.

Dudley GA, et al. 1982. Influence of exercise intensity and duration on biochemical adaptation in skeletal muscle. J Appl Physiol 53(4):844-50.

Gibala MJ, et al. 2006. Short-term sprint interval versus traditional endurance training: similar initial adaptations in human skeletal muscle and exercise performance. J Physol 575(3):901-11.

Little JP, et al. 2010. A practical model of low-volume high-intensity interval training induces mitochondrial biogenesis in human skeletal muscle: potential mechanisms. J Physiol 588(6):1011-1022.