Les DEL et Le Danger De La Lumière Bleue

Blogue invité de Designs for Health

Depuis la fin du XIXème siècle lorsque Thomas Edison a déposé son brevet, l’humanité éclaire son espace grâce à l’ampoule à incandescence.

Après près de 130 années de bons et loyaux services, la technologie à incandescence a été mise à la retraite afin de laisser la place aux diodes électroluminescentes, les DEL, plus récentes et efficaces. D’autres formes d’éclairage ont été introduites, notamment les halogènes et les ampoules fluorescentes, mais aucune n’a eu l’autorité nécessaire pour évincer l’ampoule incandescente comme la DEL l’a fait.

Pendant que cette nouvelle technologie d’éclairage illumine nos maisons de sa lueur extraterrestre, l’industrie énergétique célèbre une victoire. Les DEL utilisent 75% moins d’énergie que les ampoules à incandescence et pourraient bien avoir l’impact le plus important à date sur les économies d’énergie aux USA.  L’efficacité énergétique des DEL est indiscutable mais, peut être que cette nouvelle technologie soulève une question sérieuse qui a été negligée et qui jetterait des bases sérieuses dans le débat. A savoir, l’impact des ampoules DEL sur la santé humaine.

Le fonctionnement des ampoules DEL

Les ampoules DEL sont conçues pour éliminer la quasi totalité de la lumière infra-rouge qui est responsable de la production de chaleur. Elles fonctionnent à la place grâce à un excès de lumière bleue et froide. On a couplé à celle-ci de la lumière jaune phosphorescente pour nous duper en imitant la lumière naturelle. Le manque de chaleur explique les économies d’énergie puisque 90% de l’énergie consommée par les ampoules à incandescence s’explique par la production de chaleur par la lumière infra-rouge. Dans le passé l’exposition des humains à la lumière bleue se limitait au cadre de notre utilisation d’appareils électroniques, mais les ampoules DEL de l’éclairage domestique nous plongent dans des flots de lumière bleue.

Ampoules DEL: Les risques pour la santé

Une exposition prolongée à des pics d’émissions de lumière bleue cause des dommages sur les photorécepteurs. On parle ici, par exemple, des bâtonnets, des cônes et les cellules ganglionnaires rétiniennes. La lumière intense va tout simplement augmenter la température de la rétine et des tissus photosensibles et générer une quantité significative de dérivés réactifs de l’oxygène. Cela peut causer des dommages aux niveau des cellules rétiniennes. Les dommages sont cumulatifs et conduisent à l’apoptose des cellules rétiniennes ainsi qu’à des phénomènes inflammatoires localisés.

En cas de carence en fer, ces conséquences santé sont exacerbées puisque les besoins en fer augmentent à la suite de dommages oculaires. Quand on considère la prévalence des cas de carences en fer, on s’aperçoit que le nombre d’individus concernés par des dommages oculaires pourrait être plus important qu’on aurait pu le penser. Les dégâts s’accumulent en fonction de la durée d’exposition à la lumière bleue et c’est la raison pour laquelle l’éclairage domestique aux lampes DEL pose davantage de risques santé que l’exposition intermittente aux appareils électroniques.

La lumière bleue: Plus qu’une affaire d’yeux!

L’âge a également un impact sur le degré des dommages infligés à la rétine puisqu’en vieillissant les tissus deviennent plus susceptibles aux dérivés réactifs de l’oxygène. De plus, l’enzyme superoxide dismutase 1 (SOD1) qui prévient des dangers des dérivés réactifs de l’oxygène risque de devenir moins efficace en cas de déficience en zinc. L’exposition nocturne aux DEL pourrait être plus dommageable que durant la journée.  C’est une source d’inquiétude puisque c’est la nuit que nous allumons les ampoules de la maison. Les dégâts au niveau de la rétine et des photorécepteurs sont associés au phénomène de dégénérescence maculaire.

Un des effets les mieux documentés de l’exposition à la lumière bleue concerne la suppression de la production de mélatonine et la perturbation du cycle circadien. Une étude a montré l’existence d’une suppression significative de la mélatonine. Celle-ci est largement déterminée par le degré d’exposition aux DEL. Les pertubations du cycle circadien sont associées à une incidence accrue de plusieurs maladies. On parle du diabètes, de l’obésité, des maladies cardiaques, des déficits cognitifs et affectifs, du vieillissement prématuré et de certains types de cancers. Tout cela peut conduire à des préoccupations sérieuses au sujet de  l’exposition constante aux éclairages domestiques a DEL. Au cours de la journée l’exposition à la lumière bleue stimule l’état de vigilance. Cependant, les problèmes apparaissent lorsque la lumière bleue devient la source primaire d’éclairage le soir.

DEL Vs. Ampoules Fluorescentes: Même Problème?

En addition aux dangereuses ondes visuelles émises par les éclairages a DELs, certaines inquiétudes existent au sujet de la toxicité aux métaux lourds. Personne n’est à l’abris d’un accident, et une ampoule peut se briser. Le seul danger associé aux ampoules à incandescente restait les éclats de verre. On garde pourtant le souvenir des dangereuses vapeurs de mercure qui venaient avec les ampoules fluorescentes compactes. C’est d’ailleurs ce qui avait écarté les consommateurs des ces ampoules aux formes tire-bouchonnées.

Que se passe t’il lorsque que quelqu’un brise une ampoule DEL? Si on croit les régulations californiennes et fédérales américaines, les DEL sont effectivement catégorisées comme dangereuses en raison de leur teneur en aluminium, cuivre, or, plomb, argent et zinc. Les DEL rouges présentes d’importants niveaux de plomb qui dépassent dangereusement les limites fixées par les lois de l’état de Californie. Il est intéressant de noter que les DEL sont vendues sans étiquettes de mise en garde. C’est ce qui soulève une inquiétude quant au nombre de consommateurs qui ont pu être exposés à l’accumulation de métaux lourds croissante lors de la manipulation d’ampoules DEL.

Le mot de la fin

Il est triste de constater que les ampoules incandescentes sont rapidement évincées du marché et que les consommateurs éclairés ne disposent que de peu d’options s’ils veulent un éclairage sans danger. L’éclairage halogène, un cousin proche de l’ampoule à incandescence, pourrait bien être la seule option qui reste. Il est important d’aider les consommateurs à comprendre les risques associés aux DEL. Afin de protéger ses yeux des dégâts des DEL, il est crucial de consommer des antioxydants riches en lutéine et en astaxanthine ainsi que de s’assurer du maintient des taux de fer et de zinc adéquats.